QUALITÉ DES MILIEUX DE VIE

 

Certaines qualités des milieux bâtis sont transversales à différents contextes pour soutenir le développement de collectivités viables. Selon une équipe de chercheurs praticiens dirigée par Ian Bentley (1985), on peut identifier sept qualités urbaines qui assurent la création ou le maintient de milieux qui sont à la fois durables et en adéquation avec les valeurs et besoins locaux. Parmi ces qualités, trois sont sous-entendues dans la plupart des formulations des objectifs et des moyens mis de l’avant dans ce guide : l'ACCESSIBILITÉ, la LISIBILITÉ et la VARIÉTÉ.

La qualité d’ACCESSIBILITÉ à un lieu découle de la possibilité de s’y rendre facilement, de manière sécuritaire et confortable. L’accessibilité dépend notamment de la forme, de la perméabilité du tissu urbain et de la trame des rues. Un tissu urbain perméable donne aux résidents plusieurs choix de parcours et de modes de déplacement (à pied, en auto, à vélo) relativement courts et directs pour se rendre à leur destination.

 

 

QUALITÉ DES MILIEUX

E

source : Bentley, I et al. (1985) Responsive Environments. London : Architectural Press.

 

 

La LISIBILITÉ d’un milieu bâti correspond à la facilité de s’en faire une image mentale claire et mémorable. Cette qualité est souvent essentielle pour s’orienter dans l’espace, c’est-à-dire se repérer et saisir où on se trouve et où on se dirige. La lisibilité d’un milieu bâti repose sur le caractère et l’agencement de cinq éléments: la trame des rues, les  centralités, les repères visuels, les abords et les quartiers. L’apparence et la localisation des bâtiments publics peuvent également jouer un rôle dans la lisibilité. 

source : Bentley, I et al. (1985) Responsive Environments. London : Architectural Press.

 

 

source : Bentley, I et al. (1985) Responsive Environments. London : Architectural Press.

 

 

La VARIÉTÉ est la qualité d’un milieu bâti qui offre un éventail d’activités et de choix d’occupation pour tous les usagers d’une communauté et leurs besoins diversifiés. La variété d’usages, aussi appelée mixité, est une prémisse pour susciter ou soutenir des interactions sociales, notamment. Dans un quartier, une mixité de commerces de proximité, de bureaux, d’habitations, d’espaces publics ou de loisir permet à toutes sortes de résidents et de visiteurs de participer à la vie urbaine, en différents moments de la journée, de la semaine ou de la saison. Dans un espace public, l’idée de variété peut se traduire par la possibilité d’y faire des activités ou d’y vivre des expériences variées et enrichissantes. La mixité peut aussi se vivre dans un même bâtiment : quand un logement s’installe au-dessus d’un commerce, par exemple.

source : Bentley, I et al. (1985) Responsive Environments. London : Architectural Press.

 

 

Logo_HLNQ.jpg

© 2016 | Groupe Habitats+Cultures | École d'architecture | Université Laval | Québec